Éviter l’arnaque aux cartes prépayées

Éviter l’arnaque aux cartes prépayées PCS Mastercard (ou Transcash, ou Toneo) sur les sites de petites annonces. À l’origine très présente sur les sites de rencontre, cette arnaque visait à nouer un lien affectif ou amoureux avec une victime puis de lui demander de l’aider à faire face à un faux problème en lui envoyant des recharges PCS, parfois appelées « coupons ». Petit à petit, cette escroquerie au moyen de paiement rechargeable s’est répandue sur les sites de petites annonces entre particuliers comme Leboncoin, Paru Vendu, ou encore Vivastreet. Très populaire, elle fait de nombreuses victimes.

L’arnaque aux cartes prépayées

Le succès de cette arnaque repose sur sa simplicité : aucun compte à ouvrir, aucun site sur lequel s’inscrire, la victime n’a qu’à se rendre en bureau de tabac pour acheter une recharge PCS Mastercard, Transcash, Toneo ou Neosurf. Ensuite, l’arnaqueur va lui demander de donner le « code RECH » inscrit sur la recharge, qui prend la forme d’un ticket de caisse (RECH pour recharge, permettant à l’escroc de créditer sa carte anonymement et en quelques secondes, et donc prendre l’argent). Le fait qu’elles soient impossibles à tracer et qu’elles garantissent l’anonymat sont aussi des arguments qui en font l’une des arnaques chouchoutées par les escrocs.

Une bonne affaire qui camoufle une escroquerie

Ce n’est pas une nouveauté, ni même pour vous si vous avez lu nos autres articles comme celui abordant l’arnaque Western Union. Tout commence avec une affaire en or très attractive postée par l’arnaqueur et visant à attirer un maximum d’acheteurs potentiels à escroquer. Plus en savoir plus sur les annonces desquelles il est impératif de vous méfier, nous avons écrit un article sur les éléments qui peuvent vous permettre de reconnaître une fausse annonce ou un faux SMS d’acheteur.

Comme d’habitude, le présumé vendeur ne voudra échanger uniquement que par email, invoquera un handicap ou des problèmes de téléphone ou de SMS pour justifier ce choix, et tentera de vous mettre la pression pour que la transaction se fasse au plus vite. Pour se faire il invoquera un drame familial ou personnel le poussant à régler l’affaire dans les meilleurs délais, et vous fera savoir que de soi-disant acheteurs très intéressés sont aussi sur le coup. Inutile de vous dire que c’est complètement faux.

Un moyen de paiement parfait pour escroquer

Comme nous l’avons évoqué plus haut, ce type de paiement éveille moins les soupçons, dans la mesure où il ne demande (dans un premier temps), pas de s’inscrire sur un site internet, de faire un paiement en ligne ou d’entrer tout un tas d’informations et de codes. Il suffit tout simplement de se rendre dans le premier tabac à proximité, acheter une recharge PCS, et c’est terminé. Le fait que l’achat de la recharge se fasse dans un lieu physique de proximité permet d’enlever certaines craintes de l’acheteur. Les escrocs sont des manipulateurs notoires, aussi il est toujours de mise de garder énormément de recul lorsque l’on traite avec un étranger.

Une fois la recharge achetée, plusieurs cas de figure peuvent se présenter :

Le paiement avant la remise ou l’envoi. Il s’agit de la technique de base, la plus classique. L’escroc va jouer sur la confiance en vous demandant le code PCS avant de vous envoyer l’objet. Bien entendu, vous ne recevrez jamais rien et s’il vous a donné rendez-vous dans un lieu physique pour la remise, il n’y aura bien entendu personne qui vous attendra.

La vérification de la validité du code

Plus subtile, cette technique consiste à demander à l’acheteur d’entrer son code PCS sur un site internet pour en prouver la validité. L’escroc va dire qu’il se protège simplement et demande une preuve de la validité du code. Mais en réalité, il s’agit d’un faux site internet de vérification. Sachez qu’il n’existe aucun site de vérification de code PCS, aucun ! Lorsque l’acheteur entre le code, celui-ci est envoyé directement à l’arnaqueur qui n’a plus qu’à l’utiliser pour encaisser l’argent.

Le blocage du paiement

L’arnaqueur va demander à l’acheteur d’entrer les codes sur une plateforme sensée conserver les fonds en sécurité le temps de la remise de l’achat. Ces sites sont en réalité des interfaces créées par les escrocs, et ne conservent pas l’argent mais transmettent les codes aux arnaqueurs, qui disposent donc de ces derniers pour prendre les fonds le plus simplement du monde.

Le couplage à l’arnaque aux cartes prépayées

Attention, certaines arnaques entre particuliers peuvent utiliser différentes arnaques de manière simultanée. Par exemple, un soi-disant paiement par PayPal peut aussi impliquer des recharges PCS Mastercard, Transcash, Toneo ou Neosurf. Le faux mail PayPal envoyé par l’escroc demande à l’acheteur d’entrer ses codes RECH sur une fausse interface PayPal, qui dit conserver l’argent le temps de la transaction. D’une, PayPal ne fait pas de cantonnement d’argent, comme nous vous l’expliquons dans cet article consacré à l’arnaque PayPal entre particuliers, de deux, PayPal ne demande jamais d’ajout de fonds par ce type de moyens de paiements. Dans tous les cas, ne payez jamais un inconnu avec une recharge PCS pour une transaction entre particuliers (ni pour aucune autre d’ailleurs) !

Choisissez un moyen de paiement adapté à ces transactions

La majeure partie des moyens de paiements ne sont pas adaptés pour procéder à des transactions entre particuliers sécurisées. Obvy est le seul moyen de paiement universel spécialement étudié pour les achats et ventes entre particuliers. Notre solution protège aussi bien le vendeur que l’acheteur de 100% des arnaques et permet de profiter de fonctionnalités exclusives, parfaitement pensées pour ce type de transactions si particulières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *